Clarisse s’est réveillée à la fois mouillée et excitée. Elle ne se souvenait pas des détails de ce qu’elle avait imaginé dans son sommeil, mais l’humidité évidente la laissait certaine que cela devait être très érotique, quoi que ce soit. Son premier réflexe a été d’attraper son fidèle ami caché dans la table de chevet et c’est probablement ainsi qu’elle aurait passé les quinze prochaines minutes ou plus si elle ne s’était pas arrêtée pour vérifier l’heure.

Non seulement Clarisse était déjà en retard, mais ce n’était pas une journée de travail ordinaire. Elle s’était volontairement couchée tôt, sachant qu’elle devait commencer tôt pour arriver à temps à Caen. Et ce n’était pas censé être un voyage social. La mère de famille divorcée avait été élue représentante syndicale et ne pouvait pas être en retard pour un débat et un vote prévus qui devaient avoir lieu en personne. Si elle se plantait, cela aurait des conséquences pour elle et pour tous ses collègues.

Le plan était de courir jusqu’à Caen, d’influencer le débat pour obtenir le meilleur résultat possible, de veiller à ce que le vote se déroule comme elle l’entendait et de célébrer son succès en passant une nuit dans la grande ville. Le trajet durerait trois heures dans une bonne journée, à condition qu’il n’y ait pas d’embouteillages ou de travaux. Heureusement, elle était bien préparée à ces problèmes et sa seule préoccupation était d’arriver à l’heure.

Au fur et à mesure que les kilomètres défilaient et que le GPS indiquait qu’elle arriverait avec vingt minutes d’avance, l’anxiété de Clarisse diminuait. Un picotement familier lui rappelle la matinée et l’occasion manquée d’un soulagement tant désiré. Ce ne serait pas la première fois qu’elle s’offrirait une petite masturbation en conduisant, mais la circulation était assez dense et elle n’y a pas pensé. Cependant, son esprit était en pleine alerte hormonale, ce qui était comme une forme d’auto-torture involontaire qu’elle ne pouvait pas éteindre.

L’esprit de Clarisse se tourne vers ses expériences passées. Pas tous les détails ni toutes les émotions. Juste de courtes vignettes, comme un diaporama de partenaires se déplaçant dans une séquence rapide. Son esprit rafraîchit les images d’un corps nu planant au-dessus d’elle – l’anticipation de ce moment juste avant le contact. La myriade de sens alors que la rigidité ferme d’un pénis écarte ses lèvres et étire agréablement les parois de son vagin.

Au moment où la sortie de Clarisse est apparue, elle a reçu un message groupé de la direction du syndicat annonçant que le débat et le vote avaient été retardés d’une heure. Tout ce remue-ménage n’avait servi à rien, mais au moins elle aurait le temps de s’enregistrer à son hôtel et de changer de vêtements. Elle avait décidé de passer la nuit à l’hôtel pour se reposer de la conduite et s’offrir une nuit bien méritée dans la grande ville, sans avoir à se soucier de sa famille ou de son travail.

Sa chambre était tout à fait luxueuse, avec des plafonds de trois mètres et un mur entier de verre donnant sur son balcon. Le grand lit était tentant, mais Clarisse avait tout juste le temps de se rafraîchir et de se rendre au centre de conférence. Avant de partir, la milf en chaleur a placé son gode en verre nervuré sur son oreiller et a branché un vibromasseur en caoutchouc d’apparence très réaliste sur le chargeur. Elle avait l’espoir d’une rencontre occasionnelle, mais juste au cas où, elle avait apporté quelques sextoys qu’elle avait acheté sur erostoshop pour s’assurer qu’un soulagement bien nécessaire serait disponible si aucune meilleure opportunité ne se matérialisait.

La matinée de la conférence a consisté principalement à ce que les parties opposées se parlent par-dessus l’autre et se lancent des insultes à travers la pièce. Le débat est resté animé du début à la fin, mais finalement, le vote s’est déroulé comme prévu et les résultats ont favorisé les attentes de Clarisse. Bien que concentrée sur les questions à l’ordre du jour, Clarisse n’a pas pu ignorer la douleur qui l’assaillait entre ses cuisses. Elle se souvenait de la sensation que lui procurait la prise en main de ses jouets et regrettait de ne pas avoir pris le temps de faire au moins un petit coup en solo avant de venir au débat.

Tout au long de la journée et pendant les pauses café, Clarisse a balayé la salle du regard pour voir s’il n’y aurait pas un bon candidat pour un coup d’un soir. Il y avait beaucoup d’hommes avec qui bavarder, mais pas un seul qui soit célibataire ou qui offre le strict minimum de ce que Clarisse attend, même pour le type de sexe anonyme auquel elle s’adonne rarement. Hélas, ce serait peut-être juste elle et une autre nuit avec les jouets, ce qui n’était pas la pire façon d’éprouver du plaisir étant donné le manque de partenaires convenables.

 

Une fois de plus, l’esprit de Clarisse s’est mis à vagabonder dans les régions les plus sombres de son imagination. Elle a commencé à imaginer que les lumières s’étaient soudainement éteintes et que des mains étranges avaient commencé à explorer librement son corps. La vulnérabilité d’être pressée sur place et de ne pas pouvoir voir les visages de ceux qui prennent des libertés avec son corps piégé a exacerbé le fantasme au point que Clarisse a remarqué que son rythme cardiaque avait commencé à s’accélérer.

Ensuite, elle a imaginé le même scénario, mais elle n’était plus vêtue que d’une jupe courte. Des mains d’origine inconnue ont tiré sa culotte jusqu’au sol. Des inconnus ont commencé à la caresser par devant et par derrière. Une ou plusieurs autres paires ont pris et pressé ses seins excités. Des doigts se sont frayés un chemin sur son sexe et ont plongé entre ses lèvres gommées. Les doigts de deux personnes différentes s’affrontent pour pénétrer dans son sexe et les deux réussissent en même temps.

Le fantasme du bus bondé était bien en place et si vivant dans l’esprit de Clarisse qu’elle pensait sauter son arrêt et permettre à la scène imaginée de se dérouler jusqu’au bout. C’était tentant, mais le besoin de contact physique était devenu irrésistible. La mère de famille divorcée savait qu’elle devait retourner à l’hôtel le plus vite possible, sinon elle se retrouverait dans des toilettes publiques sales à essayer de se doigter discrètement jusqu’à l’orgasme. Le défi de le faire sans que les femmes des autres cabines ne l’entendent était pour le moins improbable.

Clarisse est retournée directement à l’hôtel et est montée dans sa chambre sans s’arrêter. Dès que la porte a été fermée derrière elle, elle s’est retrouvée nue et allongée sur le luxueux matelas de grande taille, les vibromasseurs à la main. Avant que l’un ou l’autre ne puisse commencer à lui procurer du plaisir, la milf en chaleur a été distraite par un message provenant d’un numéro inconnu. Il s’agissait de Jay, qu’elle connaissait de sa ville natale, mais dont elle ne s’attendait certainement pas à avoir des nouvelles.

Jay travaillait dans le même immeuble qu’elle mais était indépendant. Il s’est avéré qu’il avait une conférence sans rapport avec le sujet et qu’il logeait dans l’hôtel situé juste en face de celui de Clarisse. Il l’avait vue garer sa voiture lorsqu’elle était arrivée à l’hôtel et s’était demandé s’ils ne pourraient pas se retrouver autour d’un cocktail. Acceptant à contrecœur que son plaisir personnel doive attendre encore un peu, Clarisse prend son téléphone et se rend sur le balcon. Peut-être sans y penser consciemment, elle a emporté ses godes avec elle.

Clarisse connaissait surtout Jay pour avoir travaillé ensemble, mais ils avaient d’autres amis en commun et elle connaissait certaines des personnes qu’il avait fréquentées au fil des ans. Elle s’est doutée, en l’invitant à prendre un verre, que Jay cherchait peut-être à remplir son carnet de bal vide pour la nuit. Ses projets pour le week-end incluaient certainement un comportement dévergondé de sa part, mais elle n’était pas sûre d’être à l’aise avec le fait que tout cela ait un lien avec sa ville natale.

Tandis que les échanges de textos se poursuivent, Clarisse commence à caresser ses godes. Elle était allongée sur une chaise longue inclinable, les jambes écartées et les pieds posés sur les parois en verre du balcon. Jay et elle s’étaient déjà aperçus l’un l’autre depuis leurs balcons respectifs et Jay se trouvait deux étages plus bas, elle savait donc qu’il ne pourrait pas observer son exhibitionnisme dévergondé.

À l’insu de son partenaire de texto, la milf en chaleur avait commencé à faire glisser l’extrémité bulbeuse du gode de verre à plusieurs centimètres de profondeur. Tout en restant suffisamment concentrée pour répondre, Clarisse s’est à nouveau concentrée sur son besoin brûlant de jouir. En regardant les centaines de fenêtres des balcons qui la fixaient, Clarisse s’est émerveillée du nombre de personnes qui pouvaient voir sa démonstration effrontée. Pour tous ceux qui ont des jumelles ou même une bonne vue, il s’agit d’une démonstration très publique d’activités qui ont toujours été réservées à ses moments les plus intimes.

Clarisse a mis fin à l’échange de textos en suggérant qu’ils se voient plus tard dans la soirée pour voir si leurs emplois du temps respectifs leur permettraient de prendre un verre. Elle lui a fait savoir qu’à moins d’un nouveau plan, elle dînerait probablement au restaurant de l’hôtel. Une fois toutes les distractions écartées, Clarisse s’est concentrée sur le besoin d’orgasme qu’elle attendait depuis longtemps.

Le gode en verre était vraiment un développement remarquable dans le monde des jouets pour femmes. La texture lisse et les bords striés et tordus stimulaient ses entrailles comme aucun autre jouet qu’elle avait essayé. Le poids important ajoutait à l’expérience et semblait toujours maintenir les crêtes de son ouverture avec une sensation constante d’étirement. Bien sûr, son clitoris n’est jamais laissé longtemps sans une attention égale. Le vibromasseur en caoutchouc, plus vrai que nature, était le mélange parfait de sensations et rivalisait souvent avec l’habileté de ses propres doigts.

Les yeux écarquillés, cherchant l’horizon des éventuels voyeurs, Clarisse s’est mise à l’œuvre avec ses jouets. En pompant, frottant et fléchissant chaque muscle de son corps, Clarisse a laissé un orgasme très puissant envahir son corps de l’intérieur vers l’extérieur. La démonstration sexuelle d’auto-satisfaction était pleinement visible pour tous ceux qui regardaient par hasard en direction de son balcon. La nouvelle sensation de se produire devant une foule inconnue rendait l’expérience encore plus délicieuse.

Un long bain luxueux a suivi l’orgasme numéro un et a conduit aux numéros deux et trois alors qu’elle était allongée dans les bulles. Le soulagement tant attendu étant enfin à portée de main, il était temps de se rafraîchir et d’aller manger un bon repas au restaurant de steaks de la maison. La mère de famille divorcée a enfilé une paire de jeans délavés qu’elle a complétée avec un haut de corps grisâtre bordé de dentelle en bas. Sa veste en cuir noir brillant complétait bien l’ensemble et présentait un look qui aurait pu être décontracté et relaxant, tout en donnant l’impression d’être excitée et en pleine forme.

Pendant le dîner, qui s’est déroulé en solo, la milf en chaleur a surveillé son téléphone avec le faible espoir que Jay lui tende la main. Ce n’était pas tant la compagnie qu’elle désirait, mais le besoin profond d’une baise dure et sans engagement qui lui trottait dans la tête depuis qu’elle avait pris rendez-vous. Son serveur était à la fois beau et charmant, mais hélas, il semblait heureux en ménage. Trois cocktails après le dîner ont rendu Clarisse plus excitée que jamais, mais elle s’est résignée à l’idée que tout le plaisir qu’elle éprouverait ce soir-là proviendrait probablement de ses propres efforts.

En entrant dans l’ascenseur, Clarisse n’est arrivée qu’au deuxième étage avant que les portes ne s’ouvrent à un nouveau passager. Même sans quelques cocktails de trop et une journée d’hormones enragées, la vue qui s’offrait à elle lui aurait coupé le souffle. Grand, brun et beau, voilà une description qui semblait convenir tout particulièrement à l’homme qui se tenait silencieusement devant elle.

Si cela ne suffisait pas à lui donner des fourmis dans les jambes, le fait qu’il vienne manifestement de sortir de la piscine rendait l’image encore plus attrayante. Il avait le torse nu et une simple serviette autour de la taille. Sa peau brillait depuis ses épaules musclées jusqu’à ses birkenstocks. Lorsqu’elle a vu son maillot de bain dans sa main droite, elle a soudain réalisé que tout ce qui la séparait de la virilité de cet être séduisant était le mince tissu d’une serviette d’hôtel.

Il est malheureux que Clarisse ait pris conscience de cette réalité de façon aussi vive et qu’elle ait réalisé en quelques secondes qu’elle avait été surprise en train de fixer ce qui était en train de devenir une protubérance vraiment impressionnante juste en dessous de la taille de sa serviette. En levant la tête, leurs yeux se sont croisés et ils savent tous les deux qu’ils ont été surpris en train de jeter un coup d’œil pervers à son paquet.

Sans parler, l’Adonis presque nu s’est avancé et n’a pas semblé se soucier de maintenir un espace de politesse entre eux. Les yeux de Clarisse sont restés fixés sur son regard confiant tandis qu’il s’approchait d’elle et lui tendait son maillot de bain. Il y a eu une pause interminable, comme s’il cherchait à sentir les limites ou à taquiner la prochaine étape.

D’une main, il a fait sauter le bouton et ouvert la fermeture éclair. Pas besoin de tâtonner ou d’explorer lentement. Deux mains s’agrippent au tissu et tirent le jean serré jusqu’à mi-cuisse. Une main forte a pris en étau son mamelon recouvert de culotte lorsque Clarisse a réalisé que son dos était appuyé contre le mur de l’ascenseur. En regardant la surface opposée du miroir, elle voit les fesses fermes et les jambes musclées de M. Handsome.

Avec leurs lèvres verrouillées l’une contre l’autre et leurs corps enlacés dans une puissante étreinte, Clarisse a vibré à l’érotisme d’être doigtée par un parfait étranger à qui elle n’avait jamais pris la peine de dire bonjour. Ses doigts étaient habiles et insistants, ils touchaient toutes les bonnes terminaisons nerveuses. Les cloches ont commencé à sonner et Clarisse a momentanément pensé qu’il s’agissait d’un nouveau niveau de libération préorgasmique, jusqu’à ce qu’elle réalise soudain qu’il s’agissait du bruit des portes de l’ascenseur qui s’ouvraient.

M. Beau gosse a retiré ses doigts désormais lisses et lui a fait signe de le suivre, mais elle a remarqué que l’ascenseur s’était arrêté deux étages en dessous de son unité. Trouvant toujours que les mots sont un élément de communication inutile, la milf en chaleur a suivi l’étranger avec son maillot de bain et sa serviette à la main.

Une fois dans sa chambre, elle s’est débarrassée de tous les vêtements restants comme deux adolescents après le bal de fin d’année. Une fois de plus, Clarisse a senti son dos appuyé contre un mur et cette fois-ci, l’inconnu s’est rapproché et s’est serré contre elle. Sa jambe droite était pliée et maintenue par la poigne ferme de l’étranger tandis que la tête de sa bite commençait à glisser d’avant en arrière sur son clitoris sensible. Elle a essayé de tendre la main pour le guider vers l’intérieur, mais il n’en a rien fait.

C’était comme une forme de baise sèche sans vêtements, mais il n’y avait rien de sec dans ce moment et, ce qui était le plus frustrant, rien dans la manière de pénétrer dont Clarisse avait tant besoin. Un sentiment de désespoir sans précédent a poussé Clarisse à faire n’importe quoi pour obtenir ce dont elle avait besoin. Son rythme cardiaque s’accélère et sa respiration frôle l’hyperventilation.

Clarisse a senti deux mains puissantes la soulever par les aisselles et soudain, ses pieds ne touchaient plus la moquette. Le dos appuyé contre le mur et son partenaire musclé pressé contre elle, elle s’est rendu compte que son aine planait juste au-dessus de la tête bulbeuse de sa bite. Avec une lenteur atroce, Clarisse est descendue d’un millimètre à la fois jusqu’à ce que leurs os pubiens se rencontrent et que la chair brûlante de son vagin s’étire pour encapsuler son membre épais comme une chaussette qui rentre à peine.

Ses mains ne tenaient plus les bras de Clarisse et elle s’est rendu compte qu’elle était essentiellement clouée au mur et maintenue hors du sol en notant plus que la fermeté de son érection. Sa prise autour de son cou était un instinct né du fait qu’elle savait qu’elle aurait besoin de quelques instants pour s’habituer à la taille importante du membre qui menaçait maintenant de dépasser l’anneau de son col de l’utérus et pourtant, elle ne ressentait aucune douleur.

Ce n’était pas un moment d’impatience juvénile. Ce type était vraiment doué et Clarisse savait qu’elle était sur le point de vivre l’une des meilleures baises de sa vie. Elle pouvait sentir chaque centimètre de son sexe picoter et s’étirer autour de la chair rigide et elle était certaine que c’était le battement de son cœur qui était diffusé depuis le bout de sa bite. Deux mains puissantes serrent et écartent les joues de son cul, la faisant se sentir encore plus ouverte qu’elle ne l’aurait cru possible.

La poussée a commencé, mais d’abord très lentement. Il sortait quelques centimètres et les rentrait à nouveau avec une ponctuation à la fin. Quelques centimètres de plus, puis une autre poussée ferme qui a écrasé leurs corps presque violemment. Finalement, l’amant dominant a commencé à entrer et sortir de façon plus rythmée et Clarisse était impatiente d’absorber toute la force qu’il pouvait rassembler.

Au moment où elle avait l’impression que les choses allaient vraiment décoller, la milf en chaleur a senti son corps s’éloigner du mur. Les bras fermement attachés autour de son cou et sa bouche verrouillée avec la sienne dans une passion animale, son partenaire a commencé à marcher dans la pièce et à la faire rebondir de haut en bas sur sa tige à chaque pas. Il était incroyablement fort et l’idée de tomber n’a même pas traversé l’esprit de Clarisse. Alors que la gravité la poussait vers le bas tandis que des mains puissantes la soulevaient par les aisselles, Clarisse se sentait littéralement empalée sur le pénis rigide de l’inconnu.

Le temps avait commencé à disparaître et Clarisse ne savait plus depuis combien de temps elle était ballottée de haut en bas comme un jouet sexuel conçu dans le but exprès de donner du plaisir aux hommes. Mais le plaisir était si réciproque et dépassait toutes les expériences que Clarisse aurait pu imaginer. Aucun mot n’avait encore été prononcé, mais Clarisse était impatiente d’être prise plus complètement. Elle allait suggérer de se diriger vers le lit quand soudain, elle a été soulevée de sa queue et remise sur ses pieds. Le sentiment de vide était palpable, mais il ne durerait pas longtemps.

Clarisse s’est retrouvée à regarder le ciel nocturne de Caen et les nombreuses lumières des chambres des hôtels d’en face. Les rideaux étaient grands ouverts et ses seins étaient plaqués contre le mur de verre frais qui surplombait la ville. Ses mains étaient posées contre la vitre et aucune instruction n’était nécessaire pour annoncer ce qui allait suivre. Ces mains fermes ont tiré sur ses hanches, les ramenant vers son aine avide. Ses pieds se sont écartés à la largeur des épaules pour assurer son équilibre et Clarisse a arqué le dos sans honte, suppliant d’être baisée.

L’amant habile taquine la tête humide de sa bite contre l’entrée serrée du cul de Clarisse, ce qui la fait paniquer un instant à l’idée qu’elle est sur le point de subir une forme d’agression à laquelle elle ne s’attendait pas. Ce n’est pas qu’elle n’ait jamais connu le plaisir du jeu anal, mais ce type était un inconnu et le passé lui avait appris que le sexe anal pouvait être très douloureux s’il n’était pas pratiqué avec précaution et seulement avec un partenaire attentionné.

Encore une fois, il était presque temps de rompre leur accord non écrit, même si une petite partie du cerveau de Clarisse envisageait de le laisser faire et de voir où cela la mènerait. La pression constante de la chair spongieuse entre ses fesses et leur humidité combinée signifiaient qu’avec seulement une petite insistance de l’homme derrière elle, ses fesses seraient bientôt étirées autour de sa bite.

Avant que Clarisse ne puisse penser à donner une opinion ou même quelques mots vaguement liés ensemble dans une phrase – sans parler d’une indication plus formelle de consentement, la pression a disparu et a été immédiatement remplacée par une poussée profonde et violente dans les profondeurs de son vagin. Fini l’essai lent et taquin des quelques instants précédents. Une décision avait été prise et le corps de Clarisse a accueilli l’assaut urgent avec un enthousiasme total. Ce n’était pas du tout comme si deux personnes baisaient à ce moment-là. Clarisse était prise et elle était prête à être prise et utilisée physiquement de la façon dont son incroyable amant avait besoin et désirait.

À chaque poussée dans son vagin, le torse de Clarisse était fermement appuyé contre la vitre, ses mamelons sensibles brûlant presque contre la fraîcheur de la surface lisse. L’expérience ressemblait à un ouragan sans fin de chairs humides qui se heurtaient l’une à l’autre et de grognements primitifs qui semblaient plus animales qu’humaines.

Il ne s’agissait pas d’une minute spéciale homme et Clarisse commençait à se demander comment elle n’avait jamais fait l’expérience d’un sexe aussi intense et brut. En même temps, la milf en chaleur n’était pas sûre de pouvoir supporter ce type de baise régulièrement sans que cela n’affecte sérieusement sa capacité à marcher sans difficulté. En plus du plaisir physique de l’acte et de l’excitation de l’expérimenter avec une parfaite inconnue, il y avait la réalisation excitante que l’acte entier était montré à tous ceux qui le remarquaient. Les lumières vives de la pièce dessinaient la silhouette de son corps nu en train d’être baisé contre la paroi en verre.

Clarisse savait qu’elle était surveillée. Mais elle ne savait pas par qui. Et elle s’en moque. Elle voulait être vue. Laisser les autres fixer son corps et regarder comment l’inconnu l’utilisait pour son plaisir absolu. Si un parfait inconnu pouvait prendre autant de plaisir à utiliser son corps, pourquoi ne pas laisser une communauté d’inconnus du balcon prendre plaisir à en être témoin.

C’est à ce moment-là, alors qu’elle était prise par l’excitation de se produire devant un public inconnu, que Clarisse s’est soudain souvenue de Jay. Elle ne s’était pas inquiétée de son premier sexe solo exhibitionniste de la journée parce qu’elle savait que son balcon était situé deux étages en dessous du sien. Mais maintenant, le point de vue de Jay se trouverait un étage au-dessus de l’endroit où elle se trouve et il pourrait facilement être témoin de l’acte entier s’il s’avérait être attentif. La perte potentielle de l’anonymat n’a fait qu’ajouter à l’excitation. La mère de famille divorcée avait abandonné toute préoccupation qui n’était pas axée sur la maximisation du plaisir personnel.

Lorsque le moment est arrivé où l’homme perd tout son camouflage et qu’il devient évident que l’acte est sur le point de se terminer, Clarisse a senti les premières vagues de l’orgasme se répandre dans tout son corps. Chaque synapse de son cerveau s’est illuminée de couleurs vives et explosives tandis que ses muscles se sont tendus de la tête aux pieds.

Dans le dernier acte, l’étranger est resté enfoncé profondément et a continué à pulser avec ce qui semblait être une giclée après l’autre de liquide qui avait commencé à s’infiltrer à l’intérieur des cuisses de Clarisse. Haletants, en sueur et essayant de reprendre leur souffle, les deux étrangers sont restés enlacés contre la vitre pour que le monde entier puisse en être témoin.

Préférence de la coquine : sodomie
Endroit de préférence pour le sexe : sous le bureau du patron
Je ne suis dispo que le week end car la semaine de travaille et cela me prend tout mon temps. Le week end, je me défoule et j’aime inviter quelques mecs pour m’amuser avec eux jusqu’au bout de la nuit.