Avec trépidation et une soudaine attaque de timidité, Hilarie manque de tourner les talons et de courir se réfugier dans sa voiture. C’était tentant. Qui saurait qu’elle s’est dégonflée ?

À part son fiancé Alain, qui se trouvait en ce moment même à des milliers de kilomètres de là, en déplacement professionnel, elle n’avait parlé à personne de sa visite au Dr Dumerlong, et encore moins des détails de ses conseils peu conventionnels. Elle avait voulu prendre le temps de digérer et de déchiffrer soigneusement ses paroles, et elle ne voulait pas qu’on lui en parle. Elle savait que ses pratiques n’étaient pas tout à fait normales, courantes, ce qui était la raison même pour laquelle elle avait choisi de parcourir 150 km pour le voir il y a trois jours. Malade et fatiguée d’être ballottée de son propre médecin à un “spécialiste” et vice-versa, elle s’est aventurée sur le vaste et sauvage Internet à la recherche de conseils sur la façon d’adopter une approche proactive dans le traitement de son hémochromatose. Les autres malades sont rares, même en ligne, mais lorsqu’elle est tombée sur un forum où se trouvaient non pas une mais cinq personnes enthousiastes qui ne juraient que par l’expertise d’un tel thérapeute, elle n’a pas hésité à tenter sa chance. Il n’a pas été facile d’en trouver, mais lorsqu’elle y est parvenue, elle a pris rendez-vous immédiatement et n’a plus jamais regardé en arrière. Jusqu’à aujourd’hui.

Regardant sa voiture garée dans une petite aire de pique-nique verdoyante de l’autre côté de la route de campagne, elle se mordilla la lèvre inférieure en signe d’indécision. Sur le point d’abandonner l’activité de la soirée, elle s’est arrêtée net, car soudain, un livre de souvenirs trop frais et inconfortables lui a traversé l’esprit.

Certains jours, ses luttes physiques étaient dévorantes et d’autres jours, elles ne faisaient que la ronger, sans l’handicaper exactement, mais en la limitant, et elle avait bien trop de choses à faire, trop de choses à accomplir et à apprécier dans la vie, pour permettre que cela continue à se produire. Après s’être séparée de son ex-mari il y a cinq ans, elle a été ravie de rencontrer Alain il y a 18 mois. Tous deux âgés d’une quarantaine d’années et ayant quatre adolescents à apprivoiser, il était temps de commencer à vivre aussi longtemps et aussi intensément qu’elle le souhaitait.

L’herbe a disparu de la berge pour former un sentier jusqu’au lac. Heureusement, il n’a pas plu depuis au moins une semaine, si bien que la boue sous ses pieds est sèche et impactée, ce qui lui permet de descendre la pente d’un mètre cinquante sans trébucher. Arrivée au bord de l’eau, son premier obstacle franchi avec succès, elle s’arrête pour apprécier ce qui l’entoure. Il est 21 heures et le soleil se prépare rapidement à se coucher. Le lac entouré d’arbres est sombre et de délicats rayons de lumière rebondissent sur les petites ondulations de la surface.

Elle prend soudain conscience du faible bourdonnement des insectes et du craquement des petits cailloux sous ses pieds, les seuls sons autres que le battement de son pouls dans ses oreilles et sa respiration légèrement irrégulière. Elle laisse tomber son sac et sursaute lorsque son mouvement fait sursauter une poule d’eau, qui retourne bruyamment à son nid dans le bosquet de roseaux à sa droite. Stimulée par l’adrénaline, elle enlève ses chaussures et enfonce ses orteils dans le gravier avant de passer sa robe par-dessus sa tête et de la replier sur ses chaussures. Ayant renoncé aux sous-vêtements pour des raisons de rapidité et de commodité, elle enlève ses lunettes et les pose soigneusement sur le tas, puis s’arrête un instant pour profiter de l’air frais du soir sur sa peau nue. Ses pensées se bousculent, portées par le pétillement exaltant de ses veines.

***C’est ça, la vie. La nature est si belle. Je me sens merveilleusement bien. Je vais certainement faire plus de choses comme ça à l’avenir. Beaucoup plus ! Est-ce que je peux persuader Alain de se joindre à moi un jour ? Je pourrais peut-être trouver une plage naturiste en Italie cet été, et le détendre avec un litre de Prosecco…***

Le bruit d’un poisson qui remonte à la surface ramène la jeune femme à sa tâche. Alors que les ondulations s’élargissent sur l’eau, elle attrape la pommade que le Dr Dumerlong a concoctée lui-même et qu’il lui a donnée, avec ses instructions simples mais précises, et l’applique rapidement sur sa peau. Au fur et à mesure que ses mains parcourent son corps, il lui est difficile de ne pas ralentir et d’apprécier la sensation de la crème humide et lisse sur sa chair qui a la chair de poule.

Son petit corps d’un mètre soixante-dix a des courbes mais il est mince, car elle a été dotée d’un métabolisme naturellement rapide. Le seul poids qu’elle a pris de façon permanente au cours de ses grossesses est celui de ses seins, qui font maintenant un 95F, et de ses hanches arrondies qui se portent beaucoup mieux hors d’un jean taille basse qu’à l’intérieur.

La petite brise qui filtre à travers les arbres et à la surface du lac ne fait que la rendre encore plus consciente de sa nudité publique, car elle donne vie à ses mamelons, qui se froncent si fort qu’ils égratignent ses paumes pendant qu’elle enduit son ample poitrine de pommade. La peau douce de l’intérieur de ses cuisses apprécie le doux grattage de sa bague de fiançailles et de ses ongles soigneusement taillés, car elle ne laisse pas un centimètre de côté.

La pommade doit attirer les sangsues qui vivent dans l’eau. Elle doit les déranger de leur recherche de nourriture dans le lit limoneux du lac et les attirer pour qu’elles se régalent d’elle à la place. De son sang. Le bon docteur lui a également donné un spray, un mélange naturel de sève d’arbre et d’enzymes qui encouragera les sangsues à tomber doucement de son corps une fois qu’elle aura été saignée pendant environ 15 à 20 minutes. Il lui a dit d’un ton un peu mystérieux que son corps lui ferait savoir quand il aurait assez de “saignée”, mais elle regrette maintenant de ne pas l’avoir forcé à développer cette information.

Elle s’avance et apprécie la caresse fraîche de l’eau qui remonte le long de ses chevilles, de ses mollets et de ses genoux. Se tournant prudemment dans l’eau, faisant un tour complet, elle regarde autour d’elle, peut-être un peu tard, pour s’assurer qu’elle n’est pas observée. Il semble qu’elle soit totalement seule.

***Qu’est-ce que je ferais si quelqu’un perçait ces buissons en ce moment même et m’épiait, nue et vulnérable ? Tu serais déçue que la voie soit libre ? Non, idiot, bien sûr que non. Eh bien… Peut-être…

Confuse de découvrir que sa pensée immédiate n’était pas l’horreur, elle se détend et sourit même à elle-même alors qu’elle s’avance au milieu du lac, l’eau de plus en plus profonde l’engloutissant jusqu’à ce qu’elle soit à la hauteur de la taille. Levant les deux pieds et penchant la tête en arrière, elle se laisse flotter, ses bras s’étendant de chaque côté.

De longues vrilles d’herbes aquatiques commencent à la caresser, massant doucement sa colonne vertébrale, ses hanches, les fesses jumelles sensibles qui s’incurvent jusqu’aux jambes galbées. Un souffle guttural rompt le quasi-silence lorsqu’un bouquet de fines feuilles se fraye un chemin entre ses cuisses. En se retournant dans l’eau, elle découvre rapidement qu’elles sont tout aussi agréables sur ses seins et son ventre. C’est même érotique. En pagayant pour rester à flot dans ce coin d’eau, elle écarte les jambes, permettant aux roseaux de poursuivre leur audacieux voyage autour de son torse jusqu’à ce qu’ils atteignent leur but, son but.

Alors qu’elle se détend totalement et oublie presque pourquoi elle est ici, à se baigner seule dans un lac, nue, elle sent la première morsure surprenante, mais attendue, sur son mollet. Essayant de contrôler son envie de tendre la main et de repousser la sangsue affamée avec dégoût, elle se distrait en se concentrant sur la danse bleue et vacillante de quelques demoiselles dans les joncs devant elle, qui vont et viennent, à peine visibles maintenant que la lumière baisse rapidement.

Alors que les sangsues s’accrochent à sa peau en plus grand nombre, trop pour les compter, elle décide d’imaginer qu’il s’agit de minuscules morsures d’amour qui transpercent sa peau, et savoure chaque piqûre sourde tandis que l’onguent continue d’agir comme promis. Une herbe d’étang plus forte, plus épaisse, vole sur sa hanche, alors elle guide son corps lentement et délibérément jusqu’à ce que sa curiosité soit satisfaite. De délicieuses sensations d’excitation lorsque ses lèvres sont doucement caressées coïncident avec une intense sensation de tête légère, qui n’est pas désagréable.

S’assurant rapidement que ses pieds peuvent toucher le fond, elle décide de tenir le coup, sachant qu’elle est en sécurité et qu’elle n’est pas hors de sa profondeur, littéralement. Commençant à apprécier la sensation de flottement de son cerveau, et pas seulement de son corps, elle ne sort même pas de sa rêverie lorsqu’elle aperçoit, dans le bosquet d’arbres le plus proche, la silhouette distinctive d’une personne. La forme sombre et ombragée se sépare pour révéler deux personnes, de taille et de corpulence adultes. Maintenant, elle est au sens figuré hors de sa profondeur.

Son instinct naturel de se mettre à l’abri est totalement éclipsé par un sentiment de bravade intense et téméraire. Elle est ici pour une raison qui va au-delà de la conscience de soi et de la peur de la découverte. Peut-être sont-ils venus pour se baigner et ne pensent-ils pas qu’une autre personne se trouve déjà ici. Ils ne se doutent pas qu’elle est nue dans cette lumière. Ce n’est pas si étrange, n’est-ce pas ?

Lorsque les deux personnes s’approchent de la clairière où se trouvent son sac et ses vêtements, elle peut voir qu’il s’agit d’un homme et d’une femme d’une vingtaine d’années. L’homme lève la main en signe de bienvenue, et la femme sourit en saisissant son bras libre de ses deux mains, le tirant vers le bas pour lui chuchoter à l’oreille. Supposant qu’ils vont se déshabiller et entrer dans le lac, Hilarie se retourne sur le dos, face à eux, pour leur offrir un peu d’intimité.

Tandis que les sangsues affairées savourent leur repas du soir sur son corps, la sensation d’étourdissement et de surréalisme s’intensifie. Chaque frange douce, chaque ondulation de la marée douce envoie des frissons délicats jusqu’à son cœur chaud et en fusion. Ses terminaisons nerveuses commencent à palpiter comme de minuscules battements de cœur, chaque zone érogène de son corps, dont certaines dont elle ne soupçonnait même pas l’existence auparavant, s’animent et vibrent au rythme des ailes de libellules brun foncé qui s’agitent au-dessus de la surface de l’eau noire et vitreuse. Des doigts frais, inquisiteurs et invisibles sondent et pincent son corps, l’entraînant dans une frénésie sexuelle alors qu’elle cède à l’état de consommation et d’altération de l’esprit dans lequel elle a dérivé avec gratitude, le lac devenant son amant.

Elle s’allonge, la tête dans l’eau, son corps se détend et flotte, complètement à plat. L’eau fraîche vient caresser les côtés du cou d’Hilarie et ses épaules dénudées. Ces doigts frais caressent lentement sa gorge sensible au rythme des seuls sons qu’elle peut maintenant entendre : le battement de son propre pouls et le son de sa respiration lente et régulière.

Le ciel s’assombrit, mais pas assez pour révéler les étoiles scintillantes qui y sont éparpillées et qui n’attendent que leur moment pour briller. Ses yeux se ferment. Deux de ses sens sont maintenant éteints, les autres semblent s’intensifier. Ses narines s’emplissent de l’odeur de la terre et de l’herbe mouillées, mêlée à la fumée d’un feu de bois lointain. Son corps bourdonne et se pince de plus en plus, l’eau qui la caresse est fraîche, puis inconfortablement froide, puis à nouveau fraîche.

Le lac se réchauffe soudain à une température tiède et confortable le long du côté gauche de son corps. Une main à la peau de velours chaud la prend par l’épaule. Elle peut sentir la forme distincte des doigts, les compter tous les cinq lorsqu’ils descendent le long de son bras, puis remontent avant d’être rejoints par un deuxième sur son autre épaule.

Elle sent son corps sortir de l’eau, mais elle flotte toujours. Elle se sent en sécurité. Elle n’a pas peur de se noyer. Les mains couvrent tout son corps, elles semblent de plus en plus nombreuses, mais elle est incapable de compter les doigts individuellement, et ne s’en soucie pas. Les caresses deviennent plus fortes, plus intimes. Les délicates vrilles de roseaux et de joncs qui la chatouillaient et la picotaient ont disparu, ces mains la touchent avec une intention délibérée, elle se sent adorée, aimée.

Les doigts veloutés tracent des motifs circulaires sur sa gorge et son sternum. Des pouces gras et rembourrés (deux pouces ? trois ? quatre ?) massent la courbe supérieure de ses seins qui se sentent maintenant excessivement sensibles et gonflés, lourds mais flottants, comme s’ils absorbaient le lac. Enfin, après les avoir silencieusement poussés, elle sent les doigts caresser ses tétons épais et raides, les pouces tournent autour de chacun d’entre eux et les effleurent, ce qui les rend de plus en plus turgescents, presque douloureux. Son dos se cambre et ses orteils se recroquevillent d’eux-mêmes. Des mains douces et chaudes palpent chacun de ses seins, les enveloppent et les pressent doucement avant que les doigts ne continuent leur exploration du haut de son corps.

Dans l’état de rêve qui s’empare de plus en plus de son corps et de son esprit, elle n’est pas sûre de ce qui est réel et de ce qui ne l’est pas.

***Suis-je en train de rêver ? C’est un rêve. Est-ce une voix ? Des voix, ou une seule voix ?

Il devient difficile de déchiffrer, le clapotis de l’eau qui bat doucement contre sa peau est de plus en plus fort. Un soupir perce le silence. Ce n’est pas la sienne, sa propre voix est enfermée au fond d’elle, incapable de s’échapper, le seul son audible que son excitation produit est le tambour accéléré de son sang pulsant dans ses veines.

“Si belle, comme une sombre sirène celtique…”

***Cela ressemble un peu à Alain… mais ce n’est pas possible, il ne sait pas que je suis ici…Cet étranger pense que je suis …***.

Elle se sent paralysée, mais pas par la peur, bien qu’elle sache qu’elle devrait certainement ressentir de la peur. Ce n’est pas normal.

***Il faut que je bouge, il faut que je sorte de cette eau, c’est important, il est temps de… Quoi ? Je sais que je dois faire quelque chose, mais je n’arrive pas à savoir quoi. C’est quelque chose qui a à voir avec la raison pour laquelle je suis ici. Dans le lac. Je suis venue ici pour…

Quelque chose de dur et de solide se frotte contre sa hanche, choquant son corps, la libérant de l’emprise totale de ses muscles. Elle commence à se tourner, mais n’arrive pas à savoir si elle contrôle elle-même le mouvement.

Les mains sont toujours sur sa poitrine, lançant des éclairs de pur plaisir à travers son corps. Est-ce une autre main ? Elle s’appuie à nouveau sur sa hanche, persistante, caressant un chemin qui va de la hanche à son noyau central palpitant. Les mains sur ses seins suivent un chemin chaud jusqu’à sa cage thoracique, puis remontent le long de son torse, avant de se rejoindre dans son dos tandis que les bras serpentent autour de son corps. La pression indubitable d’une poitrine dure appuie sur ses seins, rugueuse comme du papier de verre dans l’eau douce et sirupeuse. Ses jambes recouvertes d’un revêtement rugueux s’enchevêtrent avec les siennes, beaucoup plus lisses, au moment même où la pression sous sa taille devient reconnaissable. Ce n’est pas une main, mais une bite chaude et rigide.

Elle glisse délicieusement entre ses cuisses douces pendant un moment avant de s’envoler à nouveau, avec le reste de ce corps étrange et érotique qui n’existe sûrement que dans son esprit. Dans son rêve ? Elle ressent immédiatement une perte intestinale, l’eau se refroidit comme de la glace autour d’elle, mais ce n’est que pour un éclair, pour une seconde ou deux. Elle sent l’eau se réchauffer à nouveau et s’agiter fortement avant que le corps ne s’accroche à nouveau à elle, maintenant par derrière, contre son dos. Elle sent la bite palpitante pousser contre le bas de sa colonne vertébrale, puis s’enfoncer dans ses fesses douces avant de se nicher dans l’espace situé tout en haut de ses cuisses. Elle se pousse volontairement contre elle tandis que des mains se glissent sous ses bras et entourent sa taille.

L’état brumeux et catatonique dans lequel Hilarie est plongée commence à se dissiper de son esprit et de son corps, avec une lenteur exagérée, comme un lourd rideau de scène, se levant centimètre par centimètre, taquinant le public qui attend, accélérant son impatience. Les mains autour de sa taille entourent ses seins, roulent et pincent ses mamelons. Une nouvelle sensation vient s’ajouter aux secousses de plaisir qui traversent son corps. Chaleur. Une chaleur intense le long du côté droit de son cou. Puis les lèvres. L’empreinte brûlante des lèvres chaudes suivie d’une langue exploratrice, léchant du lobe de l’oreille à l’épaule. Des gémissements doux remplissent ses oreilles. Ses gémissements à elle ? Non. Masculins. Son corps se relâche, sa gorge se détend, elle retrouve sa voix. Un gémissement audible s’échappe de ses propres lèvres lorsque les dents mordent délibérément son lobe tendre au moment précis où l’érection raide comme un tisonnier la poignarde entre ses cuisses écartées, directement dans sa chatte palpitante.

Ses yeux s’ouvrent. Elle est en alerte maintenant. Il fait sombre, pas noir comme de l’eau de roche, mais une hématite chatoyante avec des rayons de lune d’un blanc laiteux qui font ressortir les ombres des arbres, des rochers et des piles de vêtements. Juste à côté de son grand sac, de sa robe et de ses chaussures, se trouve une chemise de couleur claire, un pantalon jeté par-dessus. Elle reconnaît le contour distinct des bottines masculines jetées au bord de l’eau au moment précis où elle reconnaît l’empreinte familière du visage pressé amoureusement contre le côté droit du sien, le souffle doux et chaud, les bras, les jambes et le torse grossièrement hirsutes. Sans un mot, elle tourne son visage, cherchant les lèvres d’Alain avec les siennes.

Les questions commencent à se bousculer dans son esprit, qui se débloque rapidement, et se disputent la première place. Que demander en premier ? Cela brisera-t-il ce charme magique et érotique de les exprimer ? Les doigts d’Alain pincent ses tétons un peu plus fort. C’est la confirmation. Elle est réveillée, elle ne rêve pas. Ses doigts relâchent ses tendres mamelons et descendent le long de sa cage thoracique. Ses propres mains recouvrent les siennes tandis qu’il appuie sur son ventre, poussant son bassin vers l’arrière pour engloutir une plus grande partie de sa bite raide à l’intérieur d’elle. Il se balance contre elle, essayant de créer un rythme, mais l’eau qui semblait si aimante, si encourageante plus tôt, devient restrictive, entravant leur jeu.

Avec un gémissement déçu, Hilarie sent Alain se déconnecter de son corps. L’eau s’agite à nouveau autour d’eux quand il attrape sa main et la tire en position debout. Avec un bras qui la guide autour de sa taille, ils pataugent tous les deux dans l’eau jusqu’à ce qu’ils atteignent la berge. En silence, il récupère l’énorme serviette de bain dans le sac et la déploie d’un coup sec, comme un matador avec sa cape, et la pose sur le sol. Ses yeux remarquent le pot de pommade vide et, à côté, le flacon d’enzyme en spray, maintenant vide. Elle regarde sa peau pâle comme de l’albâtre, qui brille au clair de lune, sans la moindre sangsue. Voilà une question qui a trouvé sa réponse. En quelque sorte…

Frissonnant sous l’effet combiné de l’air frais sur la peau mouillée et de la luxure pure et simple, elle s’effondre avec reconnaissance sur la serviette douce et sèche, Alain la rejoignant rapidement et s’allongeant à moitié sur elle pour réchauffer son corps. Il se déplace de façon à tenir ses deux mains avec la sienne, puis de sa main libre, il descend et caresse légèrement un chemin en zigzag qui part de sa gorge, passe par ses seins doux et leurs crêtes dures comme de la pierre, descend le long de son ventre jusqu’à sa fente. Elle halète de façon audible et se cambre à son contact lorsqu’un de ses doigts plonge directement en elle et dans sa chaude moiteur naissante. Elle crie doucement lorsqu’il commence à la baiser lentement avec ses doigts.

Deux doigts pénètrent alors en elle, tandis qu’elle suit ses poussées, ses hanches s’écrasant sur sa main. Son souffle chaud caresse son sein gauche, sa langue passe sur la pointe avant de sucer son mamelon et d’engloutir autant de chair que possible dans sa bouche. Son pouce effleure son clito gonflé et douloureux, une fois, deux fois, avant de tourner en petits cercles serrés, le massant fermement. Elle sent qu’elle approche rapidement de l’orgasme et commence à trembler doucement. Il continue l’assaut du plaisir, libère de ses lèvres son pic rose ravagé avant de répéter le délicieux et torturant traitement sur son téton droit. Avec une bruyante goulée d’air et des halètements étranglés, elle atteint le sommet et crie son nom, tremblant sous ses mains.

Alain continue de la caresser et de la tenir jusqu’à ce que son orgasme soudain s’estompe, puis il la regarde avec adoration. Il l’embrasse fort sur les lèvres, leurs langues s’emmêlent et il descend une main pour presser la tête de son gland sur son ouverture. Il se détache du baiser intensément chaud et la regarde dans les yeux, comme s’il cherchait une permission dont il n’a jamais eu besoin. Elle la lui donne silencieusement d’un signe de tête doux et encourageant. Lentement, il remplit son corps de sa bite palpitante et dure comme du poker. Elle halète en sentant qu’elle est complètement remplie. Il entame un rythme lent et excitant qui est tellement sexy qu’elle commence à atteindre un autre sommet presque immédiatement, mais elle se retient, voulant l’attendre.

Tournant la tête pour se distraire, elle saisit la serviette d’une main, la serrant tandis qu’elle se mord la lèvre, prenant une longue et profonde inspiration, en titubant. Elle s’échappe violemment lorsque soudain, à travers les ombres grises et sombres, elle aperçoit un mouvement.

Ses yeux se concentrent rapidement dans l’obscurité, révélant un gros rocher de forme triangulaire qui cache à moitié les corps nus et enchevêtrés du jeune couple qu’elle avait vu plus tôt. Ils avaient totalement disparu de son esprit, mais ils sont là, le haut de leur corps serré l’un contre l’autre, leurs deux têtes tournées dans leur direction, deux paires d’yeux qui les observent attentivement, Alain et elle. Bouleversée, elle tente d’alerter Alain, mais le plaisir qu’il lui procure la consume. En une fraction de seconde, elle remarque qu’ils ont calqué leur rythme sur le leur, allongés là, baisant de façon synchronisée. Flattée et remplie d’excitation devant ce scénario obscène et tabou, son corps commence à s’élancer vers le but qu’elle s’est fixé.

Après être passée habilement d’une poussée profonde et urgente à une poussée plus lente et douloureuse, elle sent son rythme s’accélérer à nouveau, sent et entend ses couilles pleines de sperme claquer contre elle. Les jambes serrées autour de lui, la chair tendre de l’intérieur de ses cuisses pressées contre ses hanches, elle sourit en sentant ses muscles commencer à se tendre.

En jetant un rapide coup d’œil à leurs copains de baise d’en face, elle ne peut plus se retenir et se laisse aller. Elle jouit intensément. Les parois solides de sa chatte s’agrippent à sa bite. La sensation de resserrement le pousse à bout et il libère de chaudes giclées de semence au plus profond d’elle.

Son corps tressaille tandis que l’intensité de son orgasme diminue lentement, graduellement, chaque coup s’estompant alimentant ses propres braises mourantes, gardant le soupçon d’un feu chaud dans son aine, sa chatte pulsant, son clitoris vacillant encore.

Ils reposent tous les deux dans les bras l’un de l’autre, satisfaits de rester connectés et blottis l’un contre l’autre, à l’exception de l’air froid de la nuit qui commence à mordre leurs corps qui se refroidissent rapidement. Avec un grognement satisfait, Alain se détache de son corps et la prend dans ses bras, saisissant les deux coins supérieurs de la serviette et l’enveloppant étroitement, lui frottant le dos et les bras pour les réchauffer et les sécher avant de l’aider à remettre sa robe.

Hilarie enfile ses chaussures et regarde le jeune couple se rassembler avant de disparaître derrière le rocher. Elle envisage de parler à Alain de leur audience, mais pour l’instant, elle garde le secret pour elle pendant qu’il s’habille rapidement. Peut-être lui dira-t-elle la prochaine fois qu’ils viendront ici. Sangsues ou pas, c’est sûr qu’elle va encore se baigner nue dans ce lac. Elle pourrait s’habituer à avoir un public elle aussi, très habituée même.

Préférence de la coquine : sodomie et striptease coquin
Endroit de préférence pour le sexe : sous la douche
Je passe une annonce car je voudrais trouver des jeunes hommes inexpérimenté niveau sexe.